Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 13:18

Au-delà de l’Akh-menou et du contre-temple, se trouve le Temple oriental de Ramsès II. C’est l’endroit où la cité d’Amon accomplit sa vocation : donner la vie, la dévoiler dans sa splendeur créatrice.L’objet de culte de cet édifice était l’obélisque unique érigé par Thotmès IV à un emplacement où se trouvait auparavant une pierre levée, rappelant celle des origines, apparue à Héliopolis.
Cet obélisque, le plus connu (environ 33 m), fut malheureusement déplacé et transféré à Rome sur ordre de l’empereur Constantin.On suppose que le "Saint des Saints" du Temple oriental contenait une petite statue d’une coudée qui donnait  l’unité de mesure sacrée pour l’ensemble des monuments.

 La porte d’orient, haute de 19 m, fut construite par Nectanebo 1er (380-362) sur l’emplacement d’un portail antérieur.

Selon P.Barguet, c’est de la porte d’orient que part le mouvement qui donne vie aux ondulations du gigantesque mur d’enceinte. Face à cette porte, nous sommes devant le lieu de naissance de la lumière qui se diffusera dans tous les organes de l’être vivant par excellence : Le Temple.

C’est le lieu du sublime et du silence.

L’axe nord-sud et la cour de la cachette

Il prend naissance dans l’espace du croisement des axes devant le IVe pylône. C’est l’axe des  processions.

La  "cour de la cachette " occupe l’angle nord-ouest de l’espace que délimitent le grand temple, le VIIe pylône et les murs est/ouest qui les réunissent.

En 1903-04, Georges Legrain découvre dans un trou profond de 14 mètres et atteignant la nappe phréatique environ 20 000 objets dont près de 800 statues de pierre et des milliers de statuettes en bronze ou vois. Il y avait aussi des piliers, des stèles, des blocs sculptés, des portes, des éléments de chapelles. Le tout uni dans une boue collante. Toute statue, tout objet sacralisé sont des êtres vivants. Ils ne peuvent être rejetés hors du temple. Ils furent ensevelis rituellement. Ce sont les Ptolémées qui creusèrent ce trou. L’ensemble de cette cour servit de sépulture. Les objets furent placés selon un certain ordre, les plus profonds en contact avec l’eau donc avec le Noun. Ils échappaient ainsi au néant. Cet ensevelissement fut peut-être pratiqué dès l’origine du temple. Plusieurs fragments de statues furent raccordés à l’autre trouvés ailleurs. Il s’agit là d’une application du mythe osirien selon lequel le processus de résurrection ne peut s’effectuer qu’après la reconstitution de ce qui est épars.
La cour de l’enterrement rituel des statues occupe un emplacement privilégié : point d’aboutissement de la voie processionnelle qui mène de Louxor et du Temple de Mout vers celui d’Amon-Rê, elle est directement liée à l’entrée du Temple intérieur marquée par la présence du IVe pylône. Il s’agit d’un lieu-synthèse, d’un point d’énergie particulier où toutes les époques passées servent de fondations sacrées à l’ensemble du Temple.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nefer Hotep

  • : Le blog de Meretseger
  • Le blog de Meretseger
  • : Ballade sur les routes de l'Egypte, l 'Ombre et la Lumière de la terre de Kemet, sa spritualité.
  • Contact

Profil

  • meretseger
  • Une Passion l'égypte
Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante
.
  • Une Passion l'égypte Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante .

Recherche

Archives

Pages