Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 09:01

La cérémonie de la sortie de Min

Au premier jour de la saison schemou le jour de la Nouvelle Lune avait lieu la procession de Min.

Cette cérémonie devait sans doute coïncider avec la date anniversaire du couronnement de Ramsès III. Cette fête rappelle certains gestes du rituel de l’intronisation.

Min est le neter ithyphallique, symbole du  feu fécondant, neter de la fertilité et de la végétation, de la reproduction physique. Il est représenté aussi par un taureau blanc appelé Min Kamoutef,  " le taureau de sa mère ". La cérémonie se déroulait en 5 épisodes :

- le roi sort de son palais et " fait son apparition " semblable au soleil levant. S Majesté se rend en palanquin vers la demeure de son père Min Kamoutef  pour voir son accomplissement. Le roi portant le casque bleu  kheperesh est assis sur un trône encadré de deux lions et protégé par deux Mâat. Le trône est posé sur des brancards portés par douze princes dont la tête est ornée de plumes et que la légende dit être des fils royaux et de grands nobles (serou). Le palanquin royal est précédé de personnage en costume d’apparat, portant sur la tête deux plumes d’autruche et ainsi désignés " les connus du roi ".

Schwaller de Lubciz s’est demandé pourquoi ces hommes étaient devant les princes de sang royal. L’expression " les connus du roi " (rekh-w-nsw-t) peut se traduire aussi par " Ceux de la connaissance royale " ce qui expliquerait qu’ils soient placés avant les princes de sang royal. On peut alors traduire " les hommes connaissant la voie royale "  le chemin direct par Horus, la voie sèche en alchimie) et traduire les fils royaux par «"les enfants de la science ", c’est à dire ceux qui ont la connaissance du secret, ce qui les situe à la suite des précédents.

 Après les offrandes a lieu la procession solennelle dite " la sortie de Min " au cours de laquelle la statue du neter est portée sur un pavois.
Le Taureau blanc avec les deux plumes sur la tête, les sceaux et les bandelettes autour du cou marche devant la statue tandis que le prêtre lecteur déclame l’Hymne dansé de Min et le Nègre de Pount exalte ce neter.

Les géographes cherchent en vain à justifier la présence du " Nègre de Pount " parmi les personnages importants de cette cérémonie. Toutes les explications géographiques ou historiques fournies à ce sujet seront en effet sans valeur si l’on ne comprend pas le caractère de Min qui avant d’être symbolisé par le Taureau blanc était le Taureau noir.

Viennent ensuite les statues des rois de Haute et Basse Egypte béatifiés auxquels le Roi régnant doit rendre un culte.

Lorsque la statue de Min est déposée sur son  "escalier " ou reposoir, le Roi donne l’envol aux quatre oiseaux portant les noms des quatre fils d’Horus (Hapi le Nord, Amset le Sud, Khebesenouf l’Est, et Douamoutef).

Le hiéroglyphe de l’escalier désignant le reposoir de Min est à considérer comme étant le déterminatif fonctionnel de l’image, c’est à dire, la " montée " dont le caractère est souligné par les plumes sur la tête du taureau blanc de Min et par l’envol des oiseaux.

Puis en présence des statues royales des ancêtres et du taureau  blanc, un prêtre apporte au roi une gerbe d’épeautre fraîchement coupée ainsi qu’en faucille en cuivre noir damasquiné d’or. Tandis que certains membres du clergé récitent sept fois les formules en tournant autour du roi, ce dernier fait le geste de couper la gerbe avec sa faucille, "la porte à son nez " et la dépose devant Min, nouvelle allusion à la fluidification ou aération..
La cérémonie terminée, la statue est remise dans son naos, le roi fait la libation et l’encensement ainsi  qu’il est de règle au cours du culte journalier.

 La cérémonie de l’envol des oiseaux fait également partie du rituel du couronnement royal et de son renouvellement (fête Sed)  qui comprend principalement après les purifications, l’imposition des couronnes du Sud  et du Nord par Seth et Horus puis la réunion des Deux-Terres sous les pieds du roi. Le nom de Pharaon est alors écrit sur les fruits du perséa par Thot et enfin les quatre oiseaux sont lâchés vers les quatre points cardinaux pour annoncer aux divinités respectives  l’avènement royal.

Ce rite est parfois accompagné du " tir à l’arc " où Seth puis Horus, successivement tiennent les épaules du roi afin de diriger ses tirs vers les quatre points de l’horizon (on peut voir cette scène dans la salle des fêtes de l’Akh-Menou à Karnak).

Il ne faut pas oublier que c’est le principe royal qui agit en tant que prêtre sur tous les bas-reliefs des temples. Ce principe royal est la puissance horienne qui anime toute vie.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nefer Hotep

  • : Le blog de Meretseger
  • Le blog de Meretseger
  • : Ballade sur les routes de l'Egypte, l 'Ombre et la Lumière de la terre de Kemet, sa spritualité.
  • Contact

Profil

  • meretseger
  • Une Passion l'égypte
Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante
.
  • Une Passion l'égypte Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante .

Recherche

Archives

Pages