Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 10:50

Les shemsouhor étaient une fraternité initiatique de moines soldats .

On devenait shemsouhor au terme d’un très long parcours initiatique. Curieusement ils sont peu montrés et pourtant cette fraternité initiatique,  est omniprésente puisqu’elle est la colonne vertébrale de l’Egypte pharaonique.
De nombreuses archives de ces "compagnons ou suivants d’Horus "ont été découvertes dans la pyramide rouge de Senefrou, il y est fait mention pour la première fois du titre de "Maître Shemsou" sous l’appellation de Keri Sesheta "maître des secret". Parfois ils sont mentionnés en tant que "âmes de Pé et de Dep" deux villes miroir de la fraternité. Les grands centres furent également Saïs dans le "château des abeilles" de Neith où ils se perfectionnaient dans l’art du tir à l’arc ; non pour le combat car les chemsou ne le pratiquaient qu’au corps à corps, le reste était méprisable, mais en tant qu’exercice de méditation. Pharaon ne se déplaçait pas sans ces guerriers d’élite qui étaient sa garde rapprochée, ils étaient dans tous les lieux sacrés et dans tous les rituels. On ne pouvait cumuler le titre de roi et celui de chemsou, dans la communauté le roi était shemsou  et c’était tout !

Ils sont venus en terre de Kemet par deux vagues

-La première portait le titre de" forgeron" Mesentiou et leurs Temples se nommaient "forges" . Venus par la mer dans le sud est de l’Égypte, en parlant d’une île, ils auraient abordé l’Afrique  entre le Sud et l’Erythrée, continuant leur périple en remontant le Nil. D’autres textes parlent d’un abordage vers la Mer Rouge, fondant Assiout en moyenne Egypte que les grecs appelèrent Licopolis," ville du loup", cité d’Oupouaout divinité Shemsou par excellence. Ils sont en général toujours masqués, car ils œuvrent dans le sacré, il n’y a que dans leurs lieux propres tel Medineh Habou où on peut les voir à visage découvert. Ils ont légué au roi Scorpion, à Narmer et Memnés un royaume en parfait état, en y développant l’agriculture et l’irrigation. La capitale de cette première vague était Nekhen ville double de par et d’autre du Nil

-La deuxième vague au titre de Harponneurs est venue par le désert, ils sont mentionnés notamment à Abydos sous le nom "des Grands Ancêtres Rouges" et leurs Temples se nommaient "maison du filet" .

 Le papyrus de Turin est le plus long document qu’on ait retrouvé sur cette fraternité encore bien mystérieuse, il les qualifie de "akhous" c'est-à-dire "d’être lumineux irradiants". Ces héros demi dieu selon les textes civilisateurs étaient dotés d’une force et d’une longévité peu commune, ils auraient formé le lien entre ce que les égyptiens nomment "les Vénérables" et les dynasties humaines. Une fois ce lien assuré ils auraient abandonné "le pouvoir visible" du gouvernement, lors de l’avènement du roi Scorpion classé hypothétiquement dans la dynastie 0. Effacés mais non disparus, ils resteront le pouvoir invisible de l’Égypte et les très secrets gardiens de la tradition pharaonique. C’est à ce moment qu’ils deviennent une société secrète, toujours autour de sa majesté, mais revêtus de masques de loup et de faucon. Une statue de british Muséum représente un Shemsou couvert de scarifications, en effet le travail sur la douleur et la maîtrise du corps fasait parti de leur parcours initiatique.

Leur geste rituel nommé Heni, se décline rarement jusqu’au Nouvel Empire. Ce geste (figuré sur la photo) permet de les identifier immédiatement, il est accompagné d’un cri, d’une vibration. Le shemsou frappe sa poitrine, le poing fermé, le pouce relevé, c’est une  acclamation, mais aussi une jubilation. Nous somme dans un mode codé dans lequel ce geste cardiaque est une manifestation de la création

La devise majeure des Shemsou : "tisser l’âme horienne dans le corps Osirien",
une de leurs phrases clef :" Le chemsou meurt dans Oussir pour naitre dans Hor
"

C’est une spiritualité qui ne se coupe jamais de ses ancêtres mais qui les revendique.

 

C’est dans la mouvance Shemsou que seraient arrivés le travail des métaux et l’écriture .

Leur cri de guerre, de rassemblement était Ishen et leur divinité principale mafdet, petit félin sœur jumelle de Séchât, qui était la gardienne de bibliothèques sacerdotales dans les maisons de vie.

Photo :Deir el Medineh tombe d'Inerkaou

Partager cet article

Repost 0

commentaires

yogo emmanuel 24/01/2014 09:18

bon travail et merci ....hotep

Bast 07/11/2013 16:47

Bonjour, très intéressant cet article je trouve. Puis-je te demander tes sources?
Continue comme ça en tout cas :)

Nefer Hotep

  • : Le blog de Meretseger
  • Le blog de Meretseger
  • : Ballade sur les routes de l'Egypte, l 'Ombre et la Lumière de la terre de Kemet, sa spritualité.
  • Contact

Profil

  • meretseger
  • Une Passion l'égypte
Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante
.
  • Une Passion l'égypte Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante .

Recherche

Archives

Pages