Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 09:42

Djeser djeserou

"Le plus Saint"

 

C’est le chef-d’œuvre de la reine. Le Temple permet de  "lire"  son règne à travers ses reliefs.Deir el Bahari est un site consacré à la déesse Hathor. Un sanctuaire existait déjà eu Moyen Empire, celui du roi Montouhotep.

La reine confia la direction des travaux à son architecte Senmout  qui conçut en 15 ans(entre l’an 7 et 22 du règne) un projet très original dans cette vallée nommée "djeseret" . Le choix du site résultait de calculs stratégiques très précis : non seulement  le Temple se trouvait dans une vallée consacrée depuis 500 ans à Athor, mais il est également situé dans l’axe du Temple d’Amon de karnakLe nom de ce sanctuaire était " la merveille des merveilles" , ou encore " le sublime des sublimes ". Il s’étend sur 2500 mètres. Il est consacré à Amon-Râ, à la déesse Hathor et Anubis.
Mais la principale divinité, celle dont l’édifice commémore la gloire n’est autre que la reine elle-même. L’architecture est à la fois aérienne et enracinée dans l’éternité. La force céleste est soulignée par la verticale de la falaise contre laquelle s’adosse le sanctuaire. Senmout aurait pu niveler le sol mais il préféra tirer parti des plans successifs du terrain incliné et faire une chaussée qui monte en pente douce vers le temple, composée de terrasses superposées.Il voulait sans doute inviter le visiteur à gravir doucement les degrés initiatiques de la montagne d’Occident gardée par Meretseger,  "Celle qui aime le silence" .
Aux chapelles funéraires de l’Ancien Empire, il emprunta le motif architectural de sa large rampe centrale.
Une allée de sphinx représentant Hatchepsout (dont il reste quelques exemplaires) menait le visiteur à la porte d’enceinte.Devant l’édifice se trouvait un magnifique jardin planté d’allées de sycomores, de rangées de tamaris, de palmiers, d’arbres fruitiers et d’arbres à encens. Il y avait également une vigne et des bassins de papyrus où se déroulaient des rites de chasse et de navigation. Deux perséas marquaient l’entrée du Temple.
Dans la cour inférieure, le portique consacré aux scènes de chasse montre le pharaon en fauve à tête humaine écrasant ses ennemis au nombre de 9, c’est à dire la totalité des pays étrangers. Lors de la célébration du rite" des quatre veaux", le maître de l’Egypte est assimilé au bouvier qui donne la vie. Le Pharaon Hatchepsout procède aussi à la cueillette des papyrus, en l’honneur de la déesse Hathor et chasse les oiseaux aquatiques avec des bâtons de jet et un filet. Le portique des obélisques évoque la taille, le transport et l’érection des gigantesques monolithes de granit rose destinés au temple de Karnak.
La rampe d’accès conduit  à la terrasse intermédiaire
.
Au nord, la chapelle d’Anubis qui conduit la reine vers le fond du sanctuaire. C’est pour  Hatchepsout la certitude de ne pas s’égarer dans le royaume des morts.
Au sud, la chapelle d’Hathor, Dame de l’occident qui accueillait les défunts dans la nécropole. On lui offrait des fleurs, des fruits, des ex-voto tels que perles ou scarabées. Le sanctuaire hathorique situé au sud de la terrasse, est précédé d’une salle hypostyle dont les colonnes sont couronnées par des chapiteaux hathoriques. Hathor est considérée comme la mère de la reine-pharaon. Elle est tantôt représentée sous la forme d’une vache qui lèche les doigts d’Hatchepsout assise sous un dais, tantôt comme une femme splendide. La déesse accueille sa fille qui a bâti sa maison et garni ses autels de nourriture.
La salle la plus sacrée, étroite et profonde est construite dans la falaise. La vache sacrée y allaite Hatchepsout offrant à la souveraine le liquide d’immortalité. Le tableau du fond montre une triade composée d’Amon d’Hatchepsout divinisée et d’Hathor qui affermit sa couronne, tandis qu’un disque ailé plane au-dessus de la scène.
Sur la partie nord de la terrasse, le portique de la naissance fut conçu pour expliquer l’origine divine d’Hatchepsout et légitimer son pouvoir.
Les égyptologues s’accordent à dire que c’est son allié fidèle, le grand prêtre Hapouseneb qui favorisa la création du mythe de sa naissance divine et justifia théologiquement sa légitimité.Ces scènes nous font assister à un conseil des dieux présidé par Amon-Rê qui a décidé de s’unir à la reine Ahmès, plus belle que toutes les autres femmes. Avec l’assentiment du collège divin, Amon prend la forme de Pharaon et il entre dans la chambre de son épouse. Il la trouve endormie. Elle s’éveille en sentant le doux parfum émanant du corps de son mari. Il lui sourit, l’amour envahit leurs êtres, ils s’unissent.
Le texte qui encadre la scène est celui-ci :

 Voici ce qui dit Amon-Rê, roi des dieux, Maître de Karnak, celui qui préside à Thèbes :

 "quand il eut   pris la forme de ce mâle, le roi du sud et du Nord, Thotmès Ier vivificateur. Il trouva la reine alors     qu’elle était couchée dans la splendeur de son palais. Elle s’éveilla au parfum du dieu et    s’émerveilla     lorsque sa Majesté marcha vers elle, aussitôt la posséda, posa son cœur sur elle et se   fit voir en sa   forme de dieu. Et tout de suite après sa venue, elle s’exalta à la vue de ses beautés,     l’amour du dieu courut dans ses membres et l’odeur du dieu, ainsi que son haleine étaient pleins des   parfums de Pount.

    Et voici que la Majesté de ce dieu dit quand il eut accompli tout son désir avec elle :  "Celle qui se joint à Amon, la première des favorites, Hatchepsout, certes tel sera le nom de cette fille qui ouvrira     ton sein, puisque telle est la suite des paroles sorties de ma bouche. Elle exercera une royauté bienfaisante dans cette terre entière, car mon âme est à elle, mon cœur est à elle, ma volonté est à elle, ma couronne est à elle pour qu’elle régente les Deux-Terres, pour qu’elle guide tous les    doubles vivants. "

Enceinte, la reine se réjouit de donner naissance à une fille qui détiendra le pouvoir. Les dieux interviennent pour favoriser la naissance : Khnoum modèle l’enfant et son ka sur le tour de potier afin qu’il ait vie, force et santé, des nourritures abondantes, une pensée juste, l’amour, toute joie, toute durée.La déesse grenouille Heket anime les figurines ainsi formées par Khnoum. Thot annonce la future naissance de l’heureuse mère qui est conduite à la chambre d’accouchement. Hatchepsout  naît en présence d’Amon et de 9 divinités. Elle est présentée à son père divin qui salue l’enfant né de sa chair et le berce.Viennent ensuite des scènes d’allaitement, la présentation d’Hatchepsout à la déesse Sechat qui trace ses cartouches.
(On peut comprendre ces scènes de la naissance comme le symbole du cheminement du futur glorifié vers la deuxième naissance).
Reconnue par les dieux du Nord et du Sud, Hatchepsout va voyager dans toute l’Egypte. Puis elle va se faire couronner dans la capitale. On la voit placée devant son père Thotmès Ier assis sur son trône. Il présente sa fille et prononce un discours pour qu’elle soit reconnue comme son successeur. Lors de la scène finale, la reine reçoit les couronnes de Haute et Basse Egypte.
Sur la partie Sud du même portique, la grande expédition au pays de Pount qui fut considérée comme une remarquable opération de prestige. Ces scènes forment un ensemble symétrique à celles de la théogamie sculptées sur la partie Nord.
Devant Amon assis sur un trône se tient la jeune reine. Le dieu aimant que l’encens qui lui est offert soit frais et  ordonne une expédition à Pount. Il commande à la souveraine d’aller " quérir de grandes merveilles, toutes les belles et bonnes choses du pays divin ". Hatchepsout transmet à la cour assemblée, les désirs d’Amon.
L’embarquement a lieu. Cinq vaisseaux de haute mer font voile sur la Mer Rouge emmenant avec les marchandises qui serviront de base d’échange avec les produits de Pount, une grande statue de granit rose représentant Amon et la reine, destinée à être érigée sur ces rivages lointains. Découvrant la merveilleuse terre de Pount, la flotte jette l’ancre dans une remplie de poissons.
Les grands de Pount "s’inclinent et rendent hommage à Amon-Rê.
. Les Egyptiens emporteront du bois d’ébène, des bois parfumés"tychepses et khesyt" , de l’or, de l’encens" ântyou et senecher", des défenses d’éléphants, des singes, des peaux de léopards et des fauves vivants. La fin des tractations est fêtée par un joyeux banquet. Les textes parlent d’un tribut versé par Pount à Hatchepsout. L’expédition n’est par ailleurs pas seulement profane, son but est également de faire une offrande à Hathor, souveraine de Pount..
Puis c’est le retour et l’arrivée triomphale à Thèbes. Elle rappelle l’accueil offert aux marins du roi Sahourê à l’Ancien Empire. La reine préside la cérémonie dans les jardins du Temple.
Sur la terrasse supérieure se trouvaient des colosses momiformes à l’effigie de la reine. Un portail de granit rose donne accès à la cour. Cette partie secrète de la cour était consacrée au culte d’Amon, de Rê et d’Hatchepsout divinisée. Le sanctuaire principal est situé dans l’axe du temple. L’image d’Hatchepsout a parfois été remplacée par celle de Thotmès
III.
Dans la chapelle funéraire d’Hatchepsout mal conservée, on voit la navigation de la barque solaire pendant les heures du jour et de la nuit, des scènes d’offrande. Au fond de la chapelle, la stèle de culte est l’élément sacré par excellence, permettant à l’esprit de la reine de vivre éternellement.
Dans la chapelle consacrée au culte de Thotmès Ier, une extraordinaire surprise nous attend.

Sur l’un des murs, un homme s’est fait représenter  agenouillé, en adoration : Senmout, l’architecte de génie mais personnalité non royale. Audace ou autorisation de la reine ? Vouant un culte particulier à la déesse Hathor, Senmout est également présent dans un autre endroit de l’édifice. A l’époque d’Hatchepsout, la chapelle d’Amon située sur la terrasse supérieure du Temple était le point d’arrivée de la procession de la " Belle fête de la vallée " qui constituait avec la fête de" l’Opet" la célébration la plus importante du calendrier liturgique Thébain . Décrite dans les bas relief de la  terrasse supérieure cette fête nommé "Pa heb nefer en pa net" avait lieu durant le second mois de la saison Chemou correspondant au début de l’été,

 



Photos: Deir El Bahari

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nefer Hotep

  • : Le blog de Meretseger
  • Le blog de Meretseger
  • : Ballade sur les routes de l'Egypte, l 'Ombre et la Lumière de la terre de Kemet, sa spritualité.
  • Contact

Profil

  • meretseger
  • Une Passion l'égypte
Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante
.
  • Une Passion l'égypte Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante .

Recherche

Archives

Pages