Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 11:20

Prés de Thèbes dans le ventre de la colline de Gournah, La tombe du vizir Ramosé "celui enramose.jpg qui Ra redonne vie". Il fut Vizir  et maire de Thèbes à l'époque d'Aménophis III et d'Anmenophis IV. Cette tombe fut inachevée du fait du déplacement de la cour à Tel El Amarna. La partie nord Ouest montre clairement l'évolution de l'Art vers la période dite Amarniènne d'Akhnaton.
Dans ce lieu hors du temps et pourtant tellement vivant, des hommes et des femmes vous scrutent l’œil ouvert vivant, animant le calcaire blanc des murs, ils vous suivent du regard semblant dire :
"-Qu’êtes vous venus chercher ici, à travers ces fragments de pierre sublimes et pathétiques ?

-Que voyez-vous dans le corps de cette terre de Kemet éparpillé, tel celui d’Osiris ?"
Et mon cœur leur répond:" je suis ici pour rassembler mes morceaux, je suis ici car je suis d’ici, en ce lieu je suis née et je suis morte. Je suis venue vous saluer en noble voyageur, en moi vous êtes vivants en vous je revis."
Un couple, celui, de Ramosé que son épouse Meryptha tient tendrement, délicatement par l’épaule, comme pour éprouver sa chaleur vivante, semblant dire "ne meurt pas".
Leurs yeux cernés de Khôl ouverts sur demain scrutent toujours l’horizon, tentant d’apercevoir Khepri le petit soleil du devenir Osirien. Car ici sur la blancheur des murs se détache le noir du regard, sous l’onde vibrante des perruques de pierre accentuant la noblesse et la beauté des visages. Ramosé et son Épouse, "l’aimée de Ptah", l’œil ouvert, dignes et raffinés, disent :"regarde et ne meurt pas".
L’absence de couleur dans cette partie de leur palais tombeau met en valeur la pureté de la sculpture.
Alors que nous sommes rivés les yeux au sol, les leurs sont tournés vers les étoiles, ils ne nous demandent pas de voir mais de sentir. Ici le temps ne s’est pas arrêté, il tourne autour de nous entre les colonnes papyriformes, tout est là vivant, même si cela a été mutilé par les profanateurs qui passent ici depuis des millénaires.
Cette perception demande du temps mais rien ici ne peut se faire dans la précipitation. Je cherche le cœur de ces images vivantes, le centre de ces êtres sublimes, mais leur cœur est mobile, il navigue en fonction du mien et de ses facultés d’imprégnation. Tant que le plein de mon être empli l’espace rien ne se passe. Pour renter ici et "y être" il faut faire le vide, si je veux que mes cellules soient nourries.
Je repars en remerciant le Maître des lieux d’avoir ouvert mon regard sur l’oiseau qui vole en moi, prisonnier de mes lourdeurs
.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nefer Hotep

  • : Le blog de Meretseger
  • Le blog de Meretseger
  • : Ballade sur les routes de l'Egypte, l 'Ombre et la Lumière de la terre de Kemet, sa spritualité.
  • Contact

Profil

  • meretseger
  • Une Passion l'égypte
Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante
.
  • Une Passion l'égypte Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante .

Recherche

Archives

Pages