Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 13:53

st-michel.gifLe 29 septembre se fête st Michel . Son nom est issu de Mikaël qui signifie en hébreux " qui est comme dieu" . Les latins ont traduits par" qui is deus" le double de dieu. En ce qui me concerne, je préfère dire "le miroir de dieu". Second ange après Lucifer le porteur de lumière, il crie" je serai comme dieu" dans un dernier cri d’espoir et moi qui suis là parmi vous je suis en quête de la partie divine qui m’habite, qui hurle parfois car elle n’arrive pas à s’exprimer, tellement elle est prisonnière de mes lourdeurs. Mikael est représenté quelquefois avec une lance, ce qui est une erreur que nous devons au Moyen-âge, c’est St Georges qui est affublé de la lance et qui astrologiquement parlant se fête au mois de Mai, sous le signe du bélier donc rien à Voir !
Mikael est souvent en armure, n’avons-nous pas la notre qui nous protège et surprotège, qui ne laisse rien entrer, ni rien sortir sinon le jour où nous sommes blessés à mort. Faut-il toujours être blessé à mort pour renaître ? et les pires blessures, ne sont elles pas celles que nous nous infligeons chaque jour en tuant le germe qui est en nous par note ignorance.
 Armé d’une épée flamboyante et d’un bouclier ou étendard, il est l’esprit qui terrasse mais ne tue pas le dragon, d’ailleurs plus on le détruit, plus il est vivace, ouroboros et germe indestructible, menace qui ne peut être repoussé que l’espace d’un instant, qui peut revenir encore, et encore. Si il ne revenait plus, la créativité s’effondrerait d’elle-même ; En naissant nous le mettons au monde. Mikael dompte le corps et ses désirs, calme les démons intérieurs, la nigredo qui ressurgie à l’automne avec l’exacerbation de nos antagonismes. Notion de bien, de mal, attraction, répulsion qui ne sont que complémentarités et dans lesquelles s’exhibent nos dualités. Nos démons possèdent plusieurs noms, qu’importe Mikael veille et son arme est en fer, minerai de couleur rouge, expression des forces cosmiques, symbolisant la chaleur, l’activité au sein de notre athanor, le fer est l’atome central de notre hémoglobine, responsable de la couleur rouge du sang humain et de sa chaleur, nous sommes donc bien dans l’œuvre au rouge, le vert sera pour plus tard quand la chlorophylle qui a une structure proche de l’hémoglobine, mais dont l’atome central est le Mg dont la couleur est verte, circule, sans chaleur reviendra au printemps et fera renaître la nature. Notre nature. Pour celui qui est en quête de l’éveil, combattre le dragon, est une vielle histoire, une nécessité. M Maier dans " l’Atalante Fugitive " nous rappelle qu’ : "il est toujours vif, vigilant, difficilement vulnérable à cause de l’épaisseur de sa peau, aussi bien que de son venin."
Notre dragon, c’est notre matière première à transcender, il se décline tel un serpent dans nos entrailles, on en coupe un morceau, il repousse, jusqu'à ce qu’on lui coupe la tête, c’est notre ennemi intérieur lové dans les mémoires de notre cerveau reptilien qui attend caché dans nos labyrinthes intérieurs pour se manifester, dès que nous avons déposé les armes. Il guette notre assoupissement, le sommeil paisible de l’inconscient qui dort sur le matelas de sa satisfaction, et s’assouvit de sa négligence. Sa petite voix insidieuse, telle celle du serpent de "robin des bois" serine qu’il est trop tôt pour s’occuper des choses de l’esprit, que nous avons mieux à faire dans notre quotidien, les affections, les satisfactions immédiates, les intérêts prioritaires que sont la maison, la famille…. Bref tout ce qui peut nous éloigner de nos labyrinthes tout ce qui peut éviter de le débusquer. Il est faussement rassurant de penser comme tout le monde, au lieu d’évaluer les choses d’un point de vu particulier, alors on se contente de ce qui nous a été enseigné, de ce qui nous formate, nous éloignant de notre liberté, ce qui permet au dragon de nous enchaîner, non il ne nous tue pas , il se joue de nous, nous brûle après avoir profité de notre somnolence.. Affronter le dragon est une expérimentation de l’inconnu, vous savez celui qui nous fait peur qui ne suit aucune règle qui cautionne notre immobilisme.
 St Michel me montre lui qui est le miroir de ce dieu que je veux rencontrer, que Dieu, ne désire pas forcement venir à ma rencontre et qu’il ne viendra certainement pas à moi si je reste immobile.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nefer Hotep

  • : Le blog de Meretseger
  • Le blog de Meretseger
  • : Ballade sur les routes de l'Egypte, l 'Ombre et la Lumière de la terre de Kemet, sa spritualité.
  • Contact

Profil

  • meretseger
  • Une Passion l'égypte
Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante
.
  • Une Passion l'égypte Une Quête, celle de moi-même, qui me rendra Libre et Vivante .

Recherche

Archives

Pages